ULHN - UNIVERSITÉ LE HAVRE NORMANDIE

Accueil > Actualités > Trajectoires > FestiVaLeurE, nous parle de ses valeurs

FestiVaLeurE, nous parle de ses valeurs

FestiValeurE

jeudi 15 février 2018 à 09:00

Ville du Havre

FestiVaLeurE est un festival havrais du film-documentaire reconduit depuis 10 ans grâce à des étudiant.e.s de l’université. Initié à l’ISEL, il est aujourd’hui organisé dans le cadre d’un projet tuteuré du master Tourisme, Ingénierie Touristique et Culturelle. Il mobilise à chaque édition une dizaine d’entre eux.
Visite accompagnée des coulisses de ce projet fédérateur, qui explore cette année le thème des discriminations.

Pouvez-vous présenter votre équipe en quelques mots ?
Nous sommes une équipe de 7 étudiant.e.s à l’UFR LSH en master Tourisme, parcours Ingénierie Touristique et Culturelle, tous en première année excepté l’un d’entre nous qui est en M2, et nous menons cette action dans le cadre d’un projet tuteuré.

Pouvez-vous présenter le projet FestiVaLeurE ?
FestiVaLeurE, c’est un festival du film documentaire basé dans le quartier de l’Eure, créé en 2009 par Daniel Fleury et Christian Affagard. Anciennement mis en place par des étudiant.e.s de l’ISEL, ce sont les étudiant.e.s du Master ITC qui se chargent chaque année d’organiser le festival de A à Z depuis 2015. Abordant tous les ans un thème différent, il nous donne l’occasion de prendre part à un projet culturel important qui a su au fil du temps consolidé son image de festival engagé et son ancrage dans l’offre culturelle de la ville, tout en expérimentant la transmission et la pérennisation d’un projet aux valeurs fortes et mobilisatrices.

Quelles ont été vos motivations à vous être engagé.e.s dans ce projet intégré dans le cadre de votre cursus ?
Lorsque ce projet nous a été proposé, l’organisation de FestiVaLeurE représentait pour nous une réelle chance de réaliser quelque chose de concret. Nous avons vu cela comme l’opportunité d’avoir un avant-goût de ce que pourrait être notre future vie professionnelle. Nous savions que ce serait pour nous un vrai défi à relever et que ce projet serait une expérience des plus formatrices.

Pourquoi avoir choisi ce thème des discriminations pour cette 10e édition ?
Le thème des discriminations a en fait été choisi par l’équipe FestiVaLeurE 2017. En effet, c’est une tradition qui veut que pour chaque nouvelle édition, le thème du festival soit choisi par l’équipe de l’édition antérieure. Nous pouvons donc remercier l’équipe précédente de nous avoir permis d’aborder un sujet aussi intéressant et captivant. Nous avons vraiment pris plaisir à traiter un thème si lourd de sens.

Quelles en ont été vos découvertes à ce sujet ?
L’une des principales découvertes que nous avons faite en traitant ce thème, a été de prendre connaissance des différentes associations Havraises qui luttent contre les discriminations, et/ou soutiennent ceux/celles qui en sont victimes. Il est vrai que lorsque l’on n’en exprime pas personnellement le besoin, nous ne sommes pas forcément informés de ce qui est mis en place sur la question des discriminations dans notre propre ville. Associer des intervenant.e.s de différentes associations à notre projet, nous a donc permis de connaître un peu mieux ce qui est proposé aux personnes dans le besoin d’une aide quelconque, et nous espérons qu’il en sera de même pour le public.

Difficile de faire un choix entre toutes les discriminations… Comment avez-vous privilégié et sélectionné les sujets, les documentaires, les partenaires ?
Il est vrai que ce sujet est très vaste et c’est d’ailleurs pourquoi nous avons rapidement décidé d’organiser chaque journée selon un « sous-thème ». Le choix de ces derniers s’est fait selon plusieurs facteurs. Le thème du sexisme nous a été inspiré par l’actualité d’une part, mais aussi par la thématique du mois de la médiathèque où se tenait la soirée d’ouverture (Médiathèque Léopold Senghor au Havre). La soirée « Amour et Discriminations » nous semblait parfaitement adéquate pour un 14 février, pour les deux autres thèmes (« Handicap » et « Racisme »), il s’agit d’une volonté plus particulière du groupe de les aborder.
Pour le choix des films-documentaires, nous ne cherchions pas nécessairement des documentaires traitant directement de la discrimination mais plutôt qui abordent des sujets qui, selon nous, sont en lien ou à l’origine des discriminations. Par exemple, pour la soirée d’ouverture pour laquelle le thème était le « sexisme », nous avons opté pour un film-documentaire qui parle de la construction des genres, laissant ainsi l’opportunité au public de se questionner et/ou d’interpréter lui même le lien qu’il pouvait y avoir entre les deux.
Nous avions à cœur de mobiliser un maximum d’acteurs de la vie Havraise, que ce soit au travers des lieux de projection, la participation d’autres étudiant.e.s, ou encore les associations sollicitées pour intervenir.

Y-a-t-il eu débat entre vous ?
En étant une équipe de 7, il est évident que nous ne sommes pas toujours tous d’accord. Cependant, pour ce qui est des choix tels que la sélection des sujets abordés ou la sélection des films et des partenaires, nous nous sommes rapidement mis d’accord, et nous avions tous la même vision de comment aborder ce thème.

Pouvez-vous nous parler de votre groupe ? Quels sont vos différents rôles dans le projet ?
Une fois les décisions générales – tel que le choix des films, le bouclage du budget ou le choix des partenariats – prises ensemble, chaque binôme s’est occupé de l’organisation de la soirée qu’il avait choisi. Ainsi, chaque binôme avait son interlocuteur privilégié et cela nous a permis de nous répartir le travail, afin de travailler de façon optimale. De plus, cela a permis à chacun d’expérimenter les différentes facettes de l’organisation d’un événement culturel.

Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté d’un point de vue collectif ?
Cette expérience nous a appris qu’une équipe ne pouvait pas fonctionner sans communication et sans confiance. En effet, si nous ne nous étions pas réunis de façon hebdomadaire pour discuter de l’avancée du projet, il aurait été impossible à réaliser. Nous avons appris à nous écouter les un.e.s les autres et, au fil des réunions, une véritable dynamique s’est créée entre nous car nous partagions tous la même envie de proposer un festival de qualité au public havrais.

Qu’est-ce que vous apporte personnellement cette expérience ? Quels sont vos étonnements, vos observations ?
FestiVaLeurE nous a appris à nous sortir de notre zone de confort pour aller à la rencontre de partenaires et démarcher des réalisateurs. Nous avons également beaucoup appris sur la vie culturelle du campus universitaire havrais en allant à la rencontre des étudiant.e.s des autres structures, telles que l’ESADHaR, et en nous rendant aux manifestations culturelles, tel que le Welcome Day, dans l’espoir d’y rencontrer de potentiels partenaires.

De quel type d’accompagnement bénéficiez-vous dans le cadre de ce projet tuteuré ?
Nous avons bénéficié d’un encadrement multiple. Tout d’abord, ce projet faisant partie de notre cursus, nous avons reçu un appui pédagogique et d’encadrement de la part de Danièle Sansy, directrice de notre master. Nous avons également pu compter sur l’aide précieuse de Josépha Cuvier (chargée de projets artistiques et culturels au sein du service culturel de l’université), de Christelle Piedfort (notre interlocutrice au sein du cinéma le Sirius) et celle de Benoit Ben Rahal (service vie étudiante de la Ville du Havre).

Au-delà du contexte du projet tuteuré, que diriez-vous à d’autres étudiants pour les motiver à engager un projet qui les enthousiasme ?
Nous leur dirions de ne pas avoir peur de se lancer, même si la tâche semble très impressionnante de prime abord. Il ne faut pas avoir peur de demander de l’aide et d’aller poser des questions, par exemple au service culturel de l’université qui propose d’accompagner les étudiant.e.s dans les démarches de création de projets. De plus, on ne peut qu’être gagnant.e lorsque l’on monte un projet. On apprend beaucoup sur soi et on est également amené à rencontrer des personnes qui nous enrichissent par leur expérience ou leur dialogue.

Pour finir, et en quelques mots, pouvez-vous présenter votre formation ?
Et présenter votre projet pour la suite de votre parcours ?

Le master Tourisme, parcours Ingénierie Touristique et Culturelle, a pour objectif de former à l’évaluation et la prospective culturelle et/ou touristique ainsi qu’à la création et conduite de projets de développement culturel et/ou touristique. Il présente donc une opportunité d’acquérir des connaissances dans les deux domaines, qui se complètent finalement.
Quant à notre groupe, à l’exception de l’une de nous qui souhaite se tourner vers l’événementiel culturel, il est composé de personnes qui souhaitent s’orienter vers les métiers du tourisme. Mais cela ne signifie pas que la culture sera complétement exclue de leurs activités !

L’équipe FestiValeurE
Clémence Beyssac, Faustine Dubois, Benjamin Duchateau, Muriel Dougouri, Elise Gesrel, Pauline Leclerc et Lisa Pinguet, de l’équipe Festivaleure

Découvrir l’ensemble de la programmation du festival.
https://www.facebook.com/festivaleurelehavre/

L’ensemble des acteurs partie-prenants de la programmation
Femmes Solidaires
Transfaire LH
Le Refuge
La Ligue des Droits de l’Homme
Association Havraise de Solidarité et d’Echanges avec Toutes et Tous les Immigré-e-s


Portfolio

Mise en ligne : 15-02-2018 - Mise à jour : 20-02-2018

Informations pratiques

FestiVaLeure du 13 au 16 février
Programmation du festival

Actualités

Facebook
Plan du site - Mentions légales – © 2014-2018 Université du Havre - 25 rue Philippe Lebon - BP 1123 - 76063 Le Havre Cedex France
téléphone : +33 (0)2 32 74 40 00 communication@univ-lehavre.fr