ULHN - UNIVERSITÉ LE HAVRE NORMANDIE

Accueil > Actualités > Trajectoires > Parcours d’étudiante en master de langues, Salomé FAMERY

Parcours d’étudiante en master de langues, Salomé FAMERY

mardi 18 juin 2019 à 09:00

Salomé FAMERY est lauréate de la bourse fulbright, bourse honorifique franco-américaine récompensant des projets et parcours d’étudiants jusqu’au doctorat. Cette distinction lui permet de concrétiser et d’accompagner son souhait d’expérience à l’étranger en tant qu’assistante d’un enseignant de français.

Son choix personnel est de réaliser cette année d’assistanat en parallèle de son master 2 ou sous forme d’une année de césure. Une opportunité offerte à tous les étudiant.e.s au sein de l’université Le Havre Normandie, depuis la première année de cursus, jusqu’au master 2. Cette césure permet toutes expériences d’enrichissement (projet, séjour à l’étranger, expérience professionnelle…) en consolidant ses acquis et son parcours, hors du cadre de l’université, tout en conservant son statut d’étudiant.

Que pouvez-vous nous dire de votre attribution de bourse Fulbright ? Quel a été votre projet pour obtenir cette bourse ?

J’ai proposé ma candidature pour la bourse fulbright en espérant intimement, tout au long du processus de sélection, de l’obtenir. J’avais pour défendre mon dossier, quelques lettres de recommandation valorisant mon cursus et mes démarches, mais j’ai été tout de même très heureuse et surprise, la sélection étant très sélective, d’accéder aux entretiens. J’ai fait valoir mes expériences qui me permettent d’articuler des compétences d’animation de groupe (j’ai le BAFA), des aptitudes à la médiation culturelle associées à une maîtrise linguistique importante renforcée par un séjour ERASMUS en Irlande au troisième trimestre de licence 3, Licence Langues, littératures et civilisations étrangères.

Les caractéristiques du poste d’assistant de langues offert par l’université qui va m’accueillir apporte une attention particulière à cette notion : animation de conversations, projections de films, café-déjeuners animés en langue français et tables-rondes. La mission va effectivement bien au-delà d’un simple enseignement « académique » du français. C’est en ce sens que « The college of Wooster » (OHIO), avait été mon premier choix dans la liste d’établissements que j’avais établie pour être accueillie.

Le dynamisme exceptionnel, la richesse de leur campus et une localisation géographique près du Canada où habitent des amis proches, avaient fini de me convaincre. J’ai fait une section littéraire en terminale et c’est l’université, dans le choix qui s’ouvrait à moi, qui donne la plus large place aux « humanités » et aux enseignements culturels et artistiques. Ce campus a tout pour me plaire !

Quelle a été votre réaction, suite à l’obtention de cette bourse ?

J’ai été assez sidérée et pour tout dire, flatée, d’avoir obtenu cette bourse Fulbright. Même si je savais que j’y avais mis toute la force de ma conviction et de ma passion, on ne sait jamais. Je m’attendais plutôt à ne rien avoir ; la concurrence est tout de même très élevée.

Que vous apporte-t-elle ? Que vous ouvre-t-elle comme perspective ?

Je suis dans la perspective d’une préparation à l’agrégation, pour m’assurer la possibilité d’enseigner et me spécialiser ensuite en recherche, si cela s’organise.

Comme je vous le disais, cette expérience articule parfaitement le souhait d’enseigner, dans sa dimension de transmission et mon appétence importante pour la culture et le fait de la partager. Je tiens une chaîne youtube : « Kiss the librerian », référence, si vous connaissez à la série télévisée « Buffy contre les vampires ». J’y traite différents aspects de la pop culture, les fans fictions et la littérature dans toute sa dimension. En association de ces compétences, le poste d’assistanat d’un enseignant de français m’apprendra à gérer une classe et me permettra de plonger dans la vie d’un professeur d’université à proprement parlé.

De façon très directe cela m’apporte un atout évident sur le CV, une expérience de vie aux Etats-Unis, je trépigne d’impatience. Au terme de mon premier séjour à Limerick, en ERASMUS, je savais que je voulais repartir vivre à l’étranger. Ce sera un apprentissage de plus.

Que pouvez-vous nous dire de votre master ? De son contenu et de ses enseignements ?

Mon master m’a intéressée en premier lieu pour son orientation : « culture et civilisation », davantage que le versant : enseignement de la langue en elle-même. Son intérêt réside bien sûr dans la programmation de séminaires de recherche. Le thème y est toujours imposé mais toujours en articulation avec le sujet porté par chaque étudiant.e. Pour montrer l’ouverture des enseignements, la pédagogie en licence est plus didactique, plus descendante. En master, le but est d’avantage d’apporter le fruit de sa réflexion, et des éclairages nouveaux sur un sujet mémoire libre.

Quel est votre projet en empruntant ce cursus ?

Rien n’est inscrit dans le marbre, mais l’idée première est pour moi d’approfondir mes connaissances en culture populaire avec la rédaction d’un mémoire à la croisée des chemins entre étude de genre et étude de la pop culture. Je suivrai mon intuition et mes envies par rapport aux opportunités jalonnées le long de mon parcours. Je sais que partir à l’étranger ouvre des possibles.

Que pouvez-vous nous dire du campus ? Et de la ville du Havre ?

Pour commencer, j’ai envie de souligner, que j’y prends une part active car je suis la déléguée du master 1 Langues et sociétés – Etudes anglophones au conseil du département d’Anglais. Dans la perspective d’enseignement que j’ai, cela me permet de « connaître le système de l’intérieur ». Le campus de l’université Le Havre Normandie, donne peut être l’impression d’un campus simple et condensé, mais cette dimension de « plus petit nombre » est un atout considérable pour l’accessibilité aux services offerts et la convivialité générée entre les étudiant.e.s eux-mêmes et avec les enseignants-chercheurs, les équipes et les services.

On sent qu’on peut tester de nouvelles choses, la place est laissée ouverte pour des évènements festifs renforçant la cohésion et l’expression de formes et de contenus innovants. Dans mon domaine, à la croisée des chemins du genre et de la culture, j’ai pu assister par exemple à des conférences sur les séries TV, le genre et l’homoparentalité organisées par le laboratoire du GRIC.

Le Havre est une ville sympa, de bonne taille pour y vivre et s’y épanouir. De bonne taille pour y être toujours conviviale avec une offre de librairies, de bars, de restaurants satisfaisante et un bord de mer ! Aux Etats-Unis, je pars près de la région des grands lacs. Heureusement car la mer me manquera, c’est une certitude !


En savoir plus sur les bourses Fullbright

Informez-vous sur les :

En savoir plus sur l’année de césure

L’opportunité de réaliser une année de césure est offerte à tous les étudiant.e.s de l’université Le Havre Normandie de la licence 1 au master 2. Conçue comme une année d’expérience tout en gardant son statut d’étudiant à l’université, elle permet, par exemple, de consolider ses acquis, d’envisager une expérience à l’international (possible hors des programmes d’échanges internationaux dont ERASMUS) ou de réaliser une immersion professionnelle hors du cadre universitaire.

Mise en ligne : 18-06-2019 - Mise à jour : 09-07-2019

Actualités

Facebook
Plan du site - Mentions légales – © 2014-2019 Université du Havre - 25 rue Philippe Lebon - BP 1123 - 76063 Le Havre Cedex France
téléphone : +33 (0)2 32 74 40 00 communication@univ-lehavre.fr