AccueilAppel à communications – Journée d’étude de l’ED Normandie Humanités « L’objet en sciences sociales : approches doctorales et pluridisciplinaires »
Sans titre – 1

Appel à communications – Journée d’étude de l’ED Normandie Humanités « L’objet en sciences sociales : approches doctorales et pluridisciplinaires »

Mis à jour le : 17/06/2024

Non classifié(e)

La journée d’étude inter-sites 2024 de l’École Doctorale Normandie Humanités, regroupant des doctorant·es et des jeunes chercheur·euses en sciences humaines et sociales, aura lieu au PRSH de l’Université Le Havre Normandie, le mercredi 27 novembre 2024.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la continuité des différents questionnements qui ont animé les sites de l’École Doctorale autour de la construction et de la déconstruction des symboles (Caen, le 15 novembre 2023), de la thématique de l’impasse (Le Havre, le 2 février 2024) ou du travail de thèse et ses transformations (Rouen, le 5 juin 2024).

Ainsi, dans le cadre de cette journée d’étude inter-sites de l’ED Normandie Humanités, les études porteront sur l’objet en sciences sociales, selon des approches doctorales et pluridisciplinaires.

L’objet, s’il a été défini par certaines sciences humaines (comme la sociologie ou la géographie), ne possède pas de définition scientifique transdisciplinaire. Il constitue pourtant, par sa polysémie, le cœur de nombreuses disciplines qui nous animent, comme la littérature, le cinéma, la psychologie, l’histoire ou la musique. Dans le cadre de cette réflexion épistémologique, l’objet pourra être pensé aussi bien seul qu’en relation avec d’autres éléments, autant dans son acception littérale que figurée, objet matériel comme objet d’étude. On remarquera évidemment que cette dernière notion jouit, elle aussi, d’une dualité sémantique riche de possibilités, de l’objet étudié au champ d’étude.

Axes de recherche : 

La temporalité de l’objet constitue le premier axe de réflexion proposé dans le cadre de cette journée d’étude. Il s’agira donc dans un premier temps de questionner la relation entre l’objet matériel et sa temporalité : des fouilles archéologiques aux diverses archives, la recherche en sciences humaines érige sans cesse des « objets sans intérêt » en sources, « trésors estimés » du chercheur. Questionner la temporalité des objets permet d’historiciser le système d´appréciation qui leur est appliqué : d’objet du quotidien, dont la valeur est déterminée dans son contexte de production, à son évolution en relique ou en rebut, comment, pourquoi un objet acquiert-il, ou au contraire échoue-t-il à acquérir, le statut d’antiquité, de trophée, d’artefact ? Comment cette temporalité affecte-t-elle l’évaluation, culturelle ou marchande, d’un objet ?

Le deuxième sujet portera sur l’objet au centre. À titre d’illustration, le choix d’une thématique comme focale de thèse érigera de facto cette thématique en objet central du travail du doctorant. Ce deuxième axe invite ainsi les communicant·es à questionner la centralité de l’objet. À nouveau, la polysémie du terme permet une grande diversité d’interprétations. Elles peuvent aussi bien concerner un objet matériel   auquel    sera   conféré une   place primordiale, ceci le plus souvent en lien avec son pouvoir symboliste, qu’interroger le statut quasi-totémique d’un sujet d’étude. Questionner la centralité de l’objet invite donc à une démarche réflexive et épistémologique : ce sont les vecteurs qui construisent cette centralité que les communicant·es pourront en l’occurrence choisir d’examiner.

Le troisième axe de réflexion amènera les participants à questionner l’objet dans sa relation à l’altérité, à laquelle il est de fait confronté : il s’agira ainsi de dépasser l’objet. En effet, le rapport d’opposition qu’entretient l’objet central à un élément tiers invite à décentrer le regard pour questionner ce qui l’entoure, son contexte. Empruntant à la méthodologie de l’histoire de l’art, il s’agira, par exemple, de ne pas se concentrer sur le point où est naturellement attiré le regard dans un tableau, mais plutôt d’étudier ses conditions de conservation, sa scénographie ou sa réception par le public. D’abord but ou épicentre, puis contrepoint, l’objet devient ainsi un nouveau point de départ, focale initiale d’une réflexion destinée à adresser ensuite des champs plus larges.

Pour plus d’informations à propos des sujets, veuillez consulter le site suivant : https://www.fabula.org/actualites/120812/l-objet-en-sciences-sociales-approches-doctorales-et-pluridisciplinaires.html

Modalités de soumission des propositions :

Les propositions de communication, d’une page environ, accompagnées d’un titre ainsi que d’une présentation bio-bibliographique, sont à envoyer par mail avant le 15 septembre 2024 à :

–  angelina.giret@etu.univ-lehavre.fr

–  sarah.levy-valensi@etu.unicaen.fr

–  faika.saci@unicaen.fr

–  helene.sannier@univ-rouen.fr

Vous recevrez une réponse par mail au plus tard début octobre.

Lors de la journée d’étude, qui se déroulera le 27 novembre 2024 à l’Université Le Havre Normandie, les communications ne devront pas excéder 20 minutes.

Consultez les prochains événements à l’Université du Havre

Voir l'agenda

Les thématiques les plus populaires

Trajectoires Flash Focus Web TV