AccueilUniversitéNos engagementsEgalite et diversité

Egalite et diversité

Mis à jour le : 22/12/2023

La responsabilité sociale de l’université

Inscrite dans le plan d’action stratégique de l’établissement, La Responsabilité Sociale de l’université, est l’un des axes forts de la politique portée par la présidence de l’université Le Havre Normandie.

Depuis 2012, l’organisation de la gouvernance de l’établissement sur ce champ d’action, autour d’une mission, d’une Vice-présidence déléguée puis d’une vice-présidence en charge de la responsabilité sociale de l’université, a permis d’engager de nombreux chantiers et de réalisations d’importance.

Mission transverse par essence, la question de la responsabilité sociale de l’université est notamment portée en lien avec la vice-présidence en charge de la formation et de la vie universitaire, mais également en relation avec la vice-présidence en charge des ressources humaines.

Trois grands champs d’action :

A travers cette mission, l’établissement s’est attaché à définir une politique favorisant un continuum enseignement secondaire et enseignement supérieur qui contribue à une meilleure réussite des usagers.

Les travaux portés par la mission responsabilité sociale de l’université ont aussi eu pour objet de mettre en œuvre une politique participant à améliorer l’accueil de tous les usagers à l’université afin de tendre vers une égalité des chances pour l’accès et la réussite dans l’enseignement supérieur.

La vice-présidence en charge de la responsabilité sociale de l’université impulse les politiques nécessaires à la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la société, ces politiques s’adressant autant aux usagers qu’aux personnels.

Principales actions

Continuum Bac -3 / Bac +3 : Osez la réussite

Ayant placé la réussite au cœur de ses préoccupations, l’université Le Havre Normandie a conçu et mis en œuvre un dispositif innovant pour favoriser la réussite en licence. Une action qui fait la preuve de son efficacité à l’échelle locale.

Le dispositif “Osez la réussite” a été conçu afin d’encourager plus de bacheliers technologiques à candidater à l’université mais surtout pour leur assurer une meilleure réussite en DUT. Au Havre, le lien entre les équipes pédagogiques de la filière STI2D du lycée Jules Siegfried et des départements industriels de l’IUT a été renforcé et a abouti à la mise en place d’un dispositif sur les heures d’accompagnement personnalisé dès la première jusqu’à la fin du premier semestre du DUT.
Présentation du dispositif

Attentive à la réussite de ses étudiants, l’université Le Havre Normandie se mobilise fortement – avec des résultats reconnus – pour assurer l’accueil de tous les bacheliers et favoriser le succès et l’insertion professionnelle de tous ses étudiants. Dans ce cadre, l’université développe une politique de soutien pédagogique par la mise en œuvre d’actions d’aide à la réussite, de méthodologie du travail documentaire et de construction du projet de l’étudiant. Un accueil spécifique est mis en place pour les nouveaux étudiants. Pour favoriser l’accès aux études supérieures et l’accès du plus grand nombre à l’université, l’établissement propose des remises à niveaux à travers des Diplômes d’Université : DUPRES et DUPRESHE.

En liaison avec le service de médecine préventive, le service du handicap accueille au mieux les étudiants en situation de handicap, grâce à des aménagements concernant l’organisation des études, à des aides techniques et humaines.

Kit de formation « égalité professionnelle : où en-êtes-vous ? »
L’université est signataire de la convention régionale interministérielle 2013-2018 pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Dans ce cadre, elle a participé activement à l’élaboration d’un kit de formation « égalité professionnelle : où en-êtes-vous ? ». Cet outil a pour but à faire prendre conscience des situations d’inégalités dans notre environnement professionnel et de passer à l’action. Cette ressource contribue à doter les acteurs régionaux d’une culture commune pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

Piloté par la Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes de Normandie (DRDFE), le partenariat a réuni l’ARACT, les écoles d’ingénieur.e.s CESI et INSA, les universités de Rouen et du Havre, l’école de management de Normandie, Pôle emploi Normandie, DREAL, DRAAF et Rectorat (DAFPIC).

Le kit est conçu pour animer une séance d’une heure et demi avec un groupe restreint (12 à 15 personnes). La méthode repose sur les principes de la « communication engageante » qui vise à obtenir un changement d’attitude, et consécutivement une évolution des comportements.

Le kit d’animation est en libre accès et téléchargeable sur le site des préfectures de région

Le kit de formation a été déployé à l’université Le Havre Normandie au cours de l’année 2019. Chaque année des formations sur le thème de l’égalité femme-homme sont proposées au plan de formation de l’établissement. Ces formations sont un axe prioritaire de l’université, et permettent à ce titre aux personnels de bénéficier du crédit temps formation.

Communication inclusive
Crées dans le cadre de la “Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif”, signée à Rouen le 25 septembre 2013, entre l’État – Direction régionale aux droits des femmes et à l’égalité de Normandie, le Rectorat de l’académie de Rouen et les 19 partenaires signataires, dont l’université Le Havre Normandie, ces guides de bonnes pratiques vous aideront à neutraliser les stéréotypes hommes / femmes dans votre communication.

Souvent associées au seul monde de l’entreprise, les situations de harcèlement sexuel et de discrimination peuvent exister également dans les lieux de formation et de recherche que sont les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. A l’image du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ainsi que d’autres établissements, l’université Le Havre Normandie a choisi de se saisir de cette question et d’agir à plusieurs niveaux pour accompagner sa communauté et dire non au harcèlement sexuel.

Une Cellule d’Écoute, de Soutien, d’Analyse et de Médiation (CÉSAM)
Dans le cadre de sa mission égalité femme/homme, la présidence de l’université a dernièrement coordonné la création d’une Cellule d’Écoute, de Soutien, d’Analyse et de Médiation (CÉSAM) destinée à l’ensemble des membres de sa communauté. Conçue pour constituer un véritable lieu d’accueil, d’écoute, d’orientation et d’accompagnement des victimes ou des témoins d’actes de harcèlement sexuel, cette cellule constituée de membres qualifiés, s’engage à répondre concrètement aux situations dont elle est saisie et à agir pour prévenir et dissuader tout comportement abusif.

Une campagne de communication et de prévention du harcèlement sexuel
Afin de sensibiliser la communauté universitaire dans son ensemble (personnels et étudiants) et de diffuser largement les coordonnées de la cellule, une campagne de communication est déployée chaque année sur le campus dès la fin novembre. Lien vers les campagnes

Une démarche reconnue
Ces initiatives en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes ont permis à l’établissement d’obtenir le titre de “Orange Day Champion” pour les années 2017 et 2018, décerné par le comité ONU Femmes France.

L’Université Le Havre Normandie – une université pour la réussite de tous et toutes

L’université Le Havre Normandie est une université inclusive, défendant une pédagogie dans laquelle l’étudiant.e est l’acteur principal de son parcours, vers la diplomation et au-delà, vers la vie professionnelle. Les valeurs portées par notre établissement se déclinent autour des principes suivants :

  • une ouverture sur le monde et la diversité des cultures offrant à chacun les moyens d’exprimer au mieux ses propres talents et ainsi promouvoir la diversité et la différence comme autant d’atouts pour chacun et de richesse pour la communauté ;
  • un investissement pour la réussite de tou.te.s les étudiant.e.s, quel que soit le niveau de formation, et pour l’épanouissement professionnel de tous les personnels qui le composent ;
  • une conception humaniste de l’université et un attachement au service public de la formation et de la recherche, fondé sur la transmission et l’avancement de la connaissance.

La volonté de notre université est de mettre en place une politique du handicap qui ne soit pas simplement le reflet d’obligations réglementaires, mais qui soit la traduction de la conviction que chacun, quelle que soit sa différence, a sa place dans notre communauté.

Retrouvez ici le schéma directeur pluriannuel du handicap 2017-2021

Égalité professionnelle

Le Plan d’action relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, adopté à l’unanimité par le conseil d’administration de l’Université le 18 novembre 2021, s’inscrit dans la politique de l’établissement en faveur d’une égalité à toutes les étapes de la carrière des personnels, mais aussi dans une volonté de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans ses actions auprès de ses étudiantes et étudiants. Il prévoit à ce titre une série de mesures visant à :

  • Créer les conditions d’un égal accès des femmes et des hommes aux métiers, aux corps, aux grades et aux responsabilités professionnelles ;
  • Évaluer, prévenir et traiter les écarts de rémunération et les inégalités dans le déroulement de carrière ;
  • Favoriser l’articulation entre activité professionnelle et vie personnelle et familiale ;
  • Prévenir et traiter les discriminations, les actes de violence, de harcèlement moral ou sexuel, ainsi que les agissements sexistes.

Retrouvez ici l’Index Égalité de l’université Le Havre Normandie

Lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Ces dernières années ont été marquées par la multiplication des mobilisations contre les violences faites aux femmes. La parole des femmes victimes s’est faite entendre, dans la rue lors de manifestations de grande ampleur, sur les réseaux sociaux, mais aussi à travers des actions ciblées. L’université, lieu de production et de transmission des savoirs, est consciente du rôle qu’elle a à jouer dans ce domaine.

Partant du principe rappelé par le Collectif de lutte contre le harcèlement dans l’enseignement supérieur (CLASCHES) selon lequel la vie étudiante, mais aussi la personnalisation de la relation pédagogique, peuvent être source d’abus de pouvoir, de situations de harcèlement sexuel, voire de violences, l’Université a mis en place différentes actions de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Une cellule d’écoute

Dès septembre 2017, une cellule d’Écoute, Soutien, Analyse et Médiation, la CÉSAM, a été instituée à l’université Le Havre Normandie. Outil de médiation lors de situations de souffrance au travail ou dans les études, elle peut aussi être saisie, aussi bien par une victime, un témoin, le service de médecine préventive ou un représentant des personnels, en cas de situation de violences sexistes ou sexuelles présumées. Elle peut être amenée à conduire une enquête interne avant saisine du procureur de la République.

Constituée de membres qualifiées et de représentants des personnels et des étudiant.e.s, la cellule d’écoute fait écho à deux protocoles des situations de souffrance ou de harcèlement : un à destination des personnels et l’autre à destination des étudiant.e.s.

Outil de signalement des violences sexuelles et sexistes, elle est référencée sur le site du ministère de l’enseignement supérieur :

Aller sur le site

Victime ou témoin de violences sexistes et sexuelles, un questionnaire est à votre disposition, vous permettant de signaler ces agissements à la CÉSAM.

Formulaire de signalement en ligne

À l’Université Le Havre Normandie, la semaine de lutte contre les violences faites aux femmes, autour du 25 novembre, est l’occasion de susciter la réflexion et le dialogue, au travers notamment de campagnes de communication autour du harcèlement, du consentement et de la discrimination. Ces campagnes de communication se retrouvent tant sur le Web (internet, réseaux sociaux) et l’intranet de l’université que sur le campus, via la distribution de cartes postales et de badges envoyant un message fort : face à ces agissements, l’université dit NON. Cet engagement de l’université lui a permis de remporter par deux fois le prix Orange Day Champion décerné par l’ONU pour saluer les actions menées dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes.

En novembre 2021, l’université a transformé sa traditionnelle campagne de communication en un évènement aussi festif qu’engageant, la Semaine de l’égalité. Issue du plan d’actions pluriannuel sur l’égalité professionnelle, elle s’est tenue sur 3 jours et a rassemblé étudiants et personnels autour de conférences, d’ateliers participatifs, de spectacles et de débats, envisageant toutes les formes d’inégalités (sociales, ethniques, liées au sexe ou au genre, face au handicap, etc.). Elle a vocation à se tenir tous les ans et à impliquer autour de ces problématiques aussi bien les personnels que les étudiantes et étudiants.

Conçu en partenariat avec l’académie de Normandie et la préfecture de région, un guide de bonnes pratiques permettant d’éviter les stéréotypes de genres dans la communication est mis à destination des membres de la communauté universitaire. Constitué de trois volets (communication écrite, communication visuelle et communication évènementielle), il fait l’objet d’une distribution mais aussi d’une diffusion sur l’intranet de l’établissement. Des ateliers d’animation du kit sont organisés à l’université, dans le cadre de Réussites Plurielles mais aussi de la semaine de l’égalité, à destination des associations étudiantes, des tuteurs et tutrices étudiants et des enseignant.e.s.

Des formations à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, mais aussi à l’égalité femmes / hommes, sont organisées au sein de l’établissement, à destination de différentes populations : à destination des enseignant.e.s et des tuteur.trice.s étudiant.e.s, dans le cadre de Réussites Plurielles, à destination des doctorant.e.s de l’académie, à destination des nouveaux personnels, à destination des personnels en situation d’encadrement (dans le cadre du Plan d’action pluriannuel pour l’égalité professionnelle), et à destination des membres de la section disciplinaire.

  • Le réseau Égales

Au printemps 2021, l’université Le Havre Normandie s’est manifestée pour intégrer le réseau Égales, un réseau de femmes cadres issues des trois fonctions publiques en Normandie créé en 2021. Il vise à rassembler des agents de la fonction publique pour faire progresser l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes sur le territoire.

Pour cela, le réseau se fixe trois grands objectifs :

  1. une meilleure mesure de la réalité des inégalités entre les femmes et les hommes dans la région
  2. changer les mentalités et les représentations sur la thématique
  3. augmenter la part de femmes là où l’on observe un décrochage
  • AVRE 76

L’Association AVRE 76, association d’Aide aux Victimes par la Réparation et l’Entraide, est spécialisée dans l’aide aux victimes d’infractions pénales, et notamment de violences intrafamiliales. Lieu d’écoute, elle renseigne juridiquement toute personne s’estimant victime d’infractions, et propose un accompagnement à destination des victimes de violences conjugales ou intrafamiliales. Désireuse de faciliter les démarches des victimes, l’université Le Havre Normandie accueille l’association AVRE 76 lors de permanences mensuelles depuis la rentrée universitaire 2021.

  • Un accompagnement psychologique

Dans la continuité de l’accompagnement réalisé par le service de médecine préventive auprès de tous les étudiants pendant le confinement, qui a permis d’assurer la continuité du lien pendant cette période d’isolement, et de prendre en considération certaines situations de souffrance ressenties par les étudiants, en les orientant vers les bons interlocuteurs, l’université a mis en place près de 10 conventions avec des psychologues dans le cadre du « chèque psy », ces derniers pouvant être sollicités par les étudiant.e.s pour toute situation de souffrance, qu’il s’agisse de difficultés à reprendre une vie sociale ou d’autres difficultés, pouvant être liées à des violences vécues pendant le confinement.

Les étudiant.e.s se voient proposer, dans le cadre des projets tutorés, de participer à la mise en place d’actions visant à lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Ainsi, en 2021, ce sont trois groupes d’étudiant.e.s qui ont participé au montage d’évènements, tels que des expositions sur le genre, la projection de courts-métrages ou encore l’animation du Kit égalité.” De même, les initiatives étudiantes de sensibilisation à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, qu’elles soient individuelles ou associatives, sont valorisées au sein de l’établissement (expositions, ciné-débat, etc.).

Visiter le site de l’ONU Femmes :
Découvrir

Consulter l’enquête VIRAGE de l’INED (2016) https://virage.site.ined.fr/fr/ et les résultats parus dans Populations et Sociétés :
Découvrir

Suite à l’enquête du Collectif #Noustoutes sur le consentement, regarder la vidéo qui expose les résultats :
Découvrir
et l’enquête sur le consentement
Découvrir

Concernant les agressions sexuelles et les troubles psycho traumatiques, consulter le site Mémoire traumatique et victimologie :
Découvrir

Consulter le site internet de CLASCHES :
Découvrir
et son guide pratique sur le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche
Découvrir

Consulter le site de l’observatoire Étudiant des violences sexuelles et sexistes : Découvrir et le rapport à télécharger

Ressources diverses sur le sexisme et les violences de genre
Le podcast de Victoire Toillon « les couilles sur la table » et en particulier l’épisode sur le sexe sans consentement :
Voir

À noter que les podcasts ont été adaptés en livre : Victoire Tuaillon (2019), Les couilles sur la table, Paris, Binge Audio Éditions, 255 p

Sur la sidération et la dissociation lors d’agressions sexuelles voir la vidéo de Muriel Salmona
Visionner et l’article de Madmoizelle : Voir

Quelques ouvrages sur les violences sexuelles (liste non-exhaustive) et publications de sciences sociales :

  1. Despentes, Virginie (2006). King Kong théorie, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 160 p.
  2. Renard, Noémie (2018). En finir avec la culture du viol, Paris, Les petits matins, 180 p.
  3. Rey-Robert, Valérie (2020). Une culture du viol à la française, Paris, Editions libertalia, 304 p.
  4. Vigarello, Georges (2000). Histoire du viol XVIè-XXè siècle, Editions Le Seuil Histoire, 384 p.
  5. Peronneau Saint-Jalmes, Enora (2021). « Crimes sexuels et société à la fin de l’Ancien Régime », Perrin, 500p.
  6. Fabrice Virgili, « Histoire du viol », dans Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence, Paris, PUF, 2011.
  7. Debauche, Alice (2016). « Violence sexuelle », dans : Juliette Rennes éd., Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux. Paris, La Découverte, « Hors collection Sciences Humaines », pp. 691-700.
  8. Delage Pauline, Lieber Marylène, Chetcuti-Osorovitz Natacha (2019) « Lutter contre les violences de genre. Des mouvements féministes à leur institutionnalisation. Introduction », Cahiers du Genre, n° 66, pp. 5-16.
  9. Hill Collins, Patricia (2018). La pensée féministe noire, Montréal, Les éditions du remue-ménage, 480 p. (voir en particulier le chapitre 6 : « La politique sexuelle de la féminité noire »)
  10. Mathieu, Nicole-Claude (1985). « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes, et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie » dans L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, Paris, EHESS, pp. 131-154.