AccueilÉcoles, pensions et orphelinats au XIXe siècle – L’exemple de Fécamp
arton1748.jpg

Écoles, pensions et orphelinats au XIXe siècle – L’exemple de Fécamp

Mis à jour le : 05/12/2023

AgendaRecherche

Auteur: Elisabeth Simon
Édition : Chapitre.com
ISBN : 979-10-290-0726-2
Paru en juillet 2017

L’éducation au XIXe siècle est partagée entre les maîtres d’école, les maîtres de pension et les congrégations religieuses. Trois d’entre elles s’occupent des enfants à Fécamp : les sœurs de la Providence, les Frères des écoles chrétiennes et les sœurs de Saint Vincent de Paul. Elles apportent une éducation chrétienne entre les riches pensionnats, les écoles gratuites pour les indigents et l’orphelinat de filles. Les maîtres d’école laïques enseignent dans leurs maisons, dans des pensions privées ou dans des bâtiments communaux. Sous la Troisième République de magnifiques maisons d’école sortent de terre et accueillent tous les élèves sans distinction. L’orphelinat Saint-Michel pour les fils de marins péris en mer ouvre ses portes en 1886. Les maisons tenues par les congrégations enseignantes connaissent un déclin à la fin du XIXe siècle.

Consultez les prochains événements à l’Université du Havre

Voir l'agenda

Les thématiques les plus populaires

Trajectoires Flash Focus Web TV