ULHN - UNIVERSITÉ LE HAVRE NORMANDIE

Accueil > Actualités > Trajectoires > Philippe Vidal, porteur du projet CPER TRENUM

Philippe Vidal, porteur du projet CPER TRENUM

mercredi 13 juin 2018 à 09:00

Financé sur des fonds CPER, le projet TRENUM s’intéresse à la « géonumérisation du monde ». Philippe Vidal qui porte se projet au sein du laboratoire IDEES-Le Havre – Identité et Différenciation des Espaces, de l’Environnement et des Sociétés /Cirtai - UMR 6266 a accepté de présenter ce projet

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Philippe Vidal, Maître de conférences en géographie-aménagement depuis 2005 à l’université Le Havre Normandie. J’ai passé une Habilitation à Diriger des Recherche en 2017 qui propose une grille d’analyse géographique du développement numérique des territoires. Je considère ce domaine de spécialité de façon systémique, prenant en compte tout à la fois le développement des infrastructures télécoms, la multiplication des équipements numériques et l’analyse de leurs usages socio-spatiaux dans différents contextes géographiques (métropolitain, périurbain, ruraux, français, étrangers...). Mon hypothèse principale est que le numérique territorial contribue fortement aux dynamiques contemporaines sans toutefois que leurs effets soient tout à fait connus ou très maitrisés par l’acteur public qui participe pourtant activement à leur déploiement. Ainsi, mes pratiques de recherche accordent une grande importance à la question de la coordination publique de l’offre numérique en cours de constitution qui trouve dans la figure très actuelle mais souvent caricaturale de la "smart city", l’occasion d’une nouvelle réflexion territoriale sur la place que l’on souhaite conférer au numérique. Il s’agit notamment de réfléchir à la plus-value territoriale que ces usages peuvent apporter tout en essayant de minimiser leurs éventuels effets contre-productifs pour les sociétés qui y vivent. Il s’agit de repenser leurs apports en se positionnant sur des questions aussi cruciales que la mobilité, la justice spatiale, le patrimoine, le tourisme, l’économie, la citoyenneté, la sécurité… J’ai défini à ce sujet toute une série « d’épreuves numériques de territoires » qui une fois passées et réussies révèlent « la grandeur numérique » des territoires.

Dans quelle(s) structure(s) de recherche œuvrez-vous aujourd’hui ?

Je suis chercheur au sein du laboratoire UMR IDEES 6266. J’y suis co-responsable de l’axe « Sociétés numériques », un des 5 axes de l’UMR IDEES. Je dirige par ailleurs la revue NETCOM qui est une revue internationale de géographie (AERES – DOAJ) travaillant sur le rapport « territoires » et « numérique ». J’ai situé son pôle éditorial à l’Université du Havre. Je suis également Secrétaire exécutif de la "Commission on the Geography of Information, Innovation and Technology" de l’Union Géographique internationale (UGI).

Vous portez un projet de recherche intitulé TRENUM, pourriez-vous nous présenter ce projet ?

Ce projet repose sur un jeu : le géocaching qui est une expérience ludo-récréative pratiquée par plus de 15 millions de joueurs dans le monde. Cette pratique illustre à sa mesure les effets territoriaux de la « géonumérisation du monde ». Le jeu repose sur des « placeurs » locaux, qui déposent des caches à trésor dans les territoires et des « des trouveurs » de toute provenance qui les découvrent. La Normandie, support de notre programme, dispose à ce jour de plus de près de 13000 caches. Le projet TRENUM (pour TREsors NUMériques normands) permet de comprendre comment ces pratiques numériques peuvent représenter un moyen original mais aussi très efficace d’appropriation patrimoniale d’un territoire par leurs habitants, mais suscitent aussi de nouvelles découvertes pour les trouveurs, le numérique étant ici un vecteur d’inflexion des mobilités touristiques dans la mesure où ces caches sont souvent situées hors des sentiers battus.

Aujourd’hui, comment pilotez-vous ce projet et quelles sont les grandes étapes à venir ?

C’est un projet de recherche qui mobilise des compétences en provenance de différentes disciplines : Géographie, Aménagement, Histoire, Informatique, Sciences du langage et de différentes universités : Le Havre, Rouen, Saint-Etienne. Nous avons créé un site web (https://trenum.hypotheses.org/) qui nous permet de nous faire connaître à l’international. Ce site va bientôt disposer d’une version en anglais. Plusieurs étapes sont actuellement engagées. Nous avons lancé une grande enquête « placeurs normands » qui nous permet aujourd’hui de disposer de 200 réponses et de mieux connaître les motivations des placeurs, notamment au regard de leur territoire d’appartenance. Les premiers dépouillements sont prometteurs de résultats assez inédits. Ensuite nous lançons une grande opération « Travel Bug ». Un Travel Bug est un objet voyageur géoréférencé par un code (reference code) qui permet de garder la trace de ses déplacements et de ses dépôts successifs dans les caches. C’est le "graal" du geocacheur, un élément très important du jeu et très apprécié des joueurs. Les nôtres (100) seront « habillés » aux couleurs de l’université du Havre et du laboratoire IDEES. Ici c’est la question de la mobilité touristique qui est considérée. L’intérêt pour l’université du Havre est de promouvoir son image à travers le monde dans le cadre d’un projet de recherche dont le terrain d’étude est la Région Normandie. L’intérêt scientifique est d’analyser les « rebonds » entre lieux de dépôt et comprendre les logiques qui déterminent tel ou tel autre itinéraire. Ceci permettra notamment de comparer les différences d’itinéraires, en fonction de l’origine géographique du dépôt initial (rural, urbain, périurbain), des types de caches et des périodes de dépôts (envisager la question de la saisonnalité). Ce projet financé par la Région Normandie devrait se prolonger dans le cadre d’une future recherche d’envergure internationale intégrant ainsi de nouveaux partenaires, notamment spécialistes des questions touristiques et patrimoniales.

Le projet TRENUM est financé par la Région Normandie sur des fonds CEPER sur la période allant du 1er octobre 2015 au 30 septembre 2018.

Mise en ligne : 06-06-2018 - Mise à jour : 06-06-2018

Informations pratiques

DPôle communication - DIRAC

Tél : 02 32 74 40 69
communication@univ-lehavre.fr

Direction de la recherche, de la valorisation et des études doctorales (DiRVED)

Tél : 02 32 74 40 42
dirved@univ-lehavre.fr

Actualités

Facebook
Plan du site - Mentions légales – © 2014-2018 Université du Havre - 25 rue Philippe Lebon - BP 1123 - 76063 Le Havre Cedex France
téléphone : +33 (0)2 32 74 40 00 communication@univ-lehavre.fr