Objectif de formation et parcours possible

Le parcours URBANITE forme aux métiers de l’urbanisme, de l’aménagement des territoires et du développement local. Les futurs professionnels seront en capacité de répondre à des appels à projet publics nationaux et européens, de conduire des opérations d’aménagement, d’initier des projets de développement territorial, de s’adapter aux réformes institutionnelles, de définir des stratégies opérationnelles, d’évaluer et accompagner les projets d’aménagement durable du territoire. S’il permet d’embrasser tous les champs de l’intervention publique, le master URBANITE accorde toutefois une importance particulière à 3 dimensions sectorielles qui apparaissent aujourd’hui, en raison de leur transversalité, au cœur des dynamiques de développement territorial et des enjeux de management des territoires :
– Le développement durable
– Le développement numérique des territoires
– Les transports et les mobilités
Le référentiel de formation est par ailleurs étoffé d’une solide culture du fait urbain dans ses dimensions historiques, structurelles, fonctionnelles, réglementaires et organisationnelles et d’une approche des politiques publiques considérées sous l’angle de la gouvernance.
Enfin, un certain nombre « d’outils » et de techniques du « géographe-aménageur-urbaniste » seront enseignés :
– Traitement de l’information et des méthodes d’analyse (open data, big data…)
– Techniques d’enquêtes
– Analyse de données territoriales
– Système d’information géographique
– Anglais de l’aménagement et de l’urbanisme
Construite autour d’enseignements académiques, de la recherche universitaire et des intervenants en provenance des secteurs institutionnels et privés, la formation a vocation à préparer les étudiants à une insertion professionnelle rapide mais aussi aux métiers de la recherche. La poursuite d’études en doctorat est possible en raison de la place accordée aux enseignements théoriques et conceptuels.

Les étudiants issus de cette formation seront dotés d’une vision transversale des territoires et capables d’intervenir dans les champs stratégique et opérationnel. Une fois diplômés, ils deviendront des professionnels appelés à maîtriser l’ensemble de la chaîne de l’urbanisme et de l’aménagement de l’espace : l’analyse territoriale et la prospective, le management des projets, leur animation en lien avec les populations, leur encadrement réglementaire et leur mise en œuvre sur les territoires.
Les emplois sont essentiellement publics (collectivités territoriales : Régions Départements, EPCI), mais de nombreux débouchés existent en bureaux d’études et autres organisations privées ou sous statut associatif (loi 1901). Des structures ad hoc qui se sont formées face à ce type de problématiques sont également susceptibles de recruter les jeunes diplômés (parcs naturels, sociétés d’économie mixte, chambres consulaires, par exemple).

Competences et aptitudes

– Réaliser un diagnostic territorial
– Conduire une stratégie de développement territorial
– Répondre un appel à un projet européen ou national
– Evaluation d’une action publique
– Conduire des politiques d’aménagement numérique du territoire
– Conduire des politiques de développement des mobilités
– Conduire des politiques de développement durable du territoire
– Proposer des prestations de consulting THD et solutions numériques auprès des territoires
– Former les agents des collectivités à la culture des données numériques et à leurs exploitations (Open data, Big Data)
– Mise en œuvre et applications des agendas 21 et politiques durables (plan de mobilité…) dans les organisations.
– Créer et animer des observatoires territoriaux
– Conduire un exercice de prospective urbaine
– Elaborer et réviser les documents d’urbanisme opérationnel, stratégique et réglementaire (PLU, SCOT…)
– Mener des politiques de transitions territoriales (énergétique, numérique, mobilités douces, économie circulaire…)
– Mener et accompagner des politiques de développement et reconversion économique
– Accompagner les projets d’équipement du territoire (infrastructures logistiques, espaces de coworking, …)
– Développer une politique de mise en tourisme du territoire
– Porter de projets de protection et valorisation des patrimoines naturels et culturels
– Mettre en œuvre un SIG au sein d’une collectivité territoriale

Ouverture à l'international

Renseignements sur les programmes d’échanges à l’étranger : Service des relations internationales (SRI) de l’université au 02.32.74.42.24.

Stage

La réalisation d’un stage, d’une durée minimale de 12 semaines, est obligatoire en années 1 et 2.

Le SUIO Service Universitaire Insertion Orientation accompagne les étudiants dans leurs recherches (CV, lettre, entretien, méthodologie). Vous pouvez nous contacter à la Maison de l’étudiant – 2ème étage – 02.32.74.41.31 – bipe@univ-lehavre.fr

Durée de la formation

2 ans

Lieu de la formation

Le Havre


Vous pouvez télécharger la brochure [ici->doc7984] Le détail des enseignements du [ Master 1->doc2084] et du
[Master 2 ->doc2085] sont disponibles.


Formation initiale modalites d'evaluation controle des connaissances

Pour les enseignements théoriques et pratiques, pour les années 1 et 2, l’évaluation des aptitudes et des connaissances s’effectue en contrôle continu et/ou terminal et sous des formes multiples (épreuves sur table ou sur poste informatique, notes de synthèse, notices de cadrage, portfolios, dossiers, présentations orales…), définies de façon spécifique pour chaque unité d’enseignements.

Pour le projet professionnel, les étudiants rédigent en première et en deuxième année un mémoire de stage.

Vous pouvez dès à présent communiquer vos propositions de stage à l’adresse [lsh@univ-lehavre.fr et bipe@univ-lehavre.fr->]


Le Régime Spécial d’Études (RSE) permet à certain-e-s étudiant-e-s de bénéficier de conditions spécifiques d’études et d’examens.
Plus d’informations vous seront fournies sur le site de l’université / Régime Spécial d’Etudes


Poursuite d'études

L’inscription en doctorat au sein de l’équipe havraise de l’UMR IDEES peut être envisagée l’issue du master pour une insertion professionnelle à bac+8 dans les métiers de la recherche publique et privée.


Insertion professionnelle

A l’issue du parcours, les diplômés sont pleinement opérationnels pour assurer des fonctions de chargé de mission ou d’opérations, d’ingénieur, de chef de projet, de directeur de pôles ou de services dans les champs de l’ingénierie territoriale, de l’urbanisme (réglementaire, opérationnel et stratégique), de l’environnement, du développement durable, des mobilités, de l’aménagement numérique et du développement économique des territoires…


Métiers

Quelques exemples de fonctions occupées par les anciens étudiants :
> Chef de projet Transport & Déplacements
> Chargé(e) de mission Politiques urbaines
> Instructeur(trice) des autorisations d’occupation des sols
> Animateur(trice) Opération urbaine
> Chargé(e) du développement numérique des territoires
> Consultant(e) en évaluation des politiques publiques
> Chef de projets Aménagement urbain
> Consultant(e) en développement territorial durable
> Coordinateur(trice) Emploi et attractivité du territoire
> Conseiller(ère) Environnement / Energie
> Directeur(trice) de services publics
> Administrateur(trice) Système d’information géographique
> Manager Grand projet de ville
> Chargé(e) d’opération Amélioration de l’habitat


Codes ROME

K1802 - Développement local K1404 - Mise en œuvre de la politique des pouvoirs publics K1401 - Conception et pilotage de la politique des pouvoirs publics K2302 - Management et inspection en environnement urbain K1206 - Intervention socioculturelle K1204 - Médiation sociale et facilitation de la vie en société K2401 - Recherche en sciences de l'homme et de la société


Secteurs d'activité

  • BTP - Architecture
  • Environnement
  • Fonction publique
  • International
  • Recherche
  • Urbanisme
  • Statistiques enquêtes d'insertion

    Des éléments sur l’insertion professionnelle et les poursuites d’études sont accessibles sous le lien ci-après (patientez quelques instants que la page se charge) :

    Le taux moyen de passage de l’année N à N+1 (calculé pour le master ITUPP dont le parcours URBANITE prend la suite) est de 69%. Le taux moyen de réussite en sortie du M2 pour cette formation est de 87%. Depuis 10 ans, le taux moyen d’insertion professionnelle à six mois pour les étudiants issus du master inscrit dans le champ de l’aménagement et de l’urbanisme est de 93% (83,3% au 1er janvier 2017 pour les diplômés en septembre 2016).


La formation est ouverte en Formation initiale : sont éligibles les étudiants titulaires d’une licence en géographie, aménagement, sociologie, économie, droit, sciences politiques, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, génie civil, architecture.

Formation Continue : les professionnels en exercice qui ne possèdent pas les diplômes requis mais qui justifient d’une expérience significative en rapport avec les prérequis du diplôme peuvent prétendre, selon la réglementation en vigueur, à une validation des acquis de l’expérience (Cf. Rubrique ci-dessous)


Public cible

  • Demandeur d'emploi
  • Etudiant étranger
  • Étudiant
  • En formation continue, reprise d'études
  • Salarié
  • Capacité d'accueil

    20 étudiants par année


Formation initiale modalites d'evaluation controle des connaissances

Pour les enseignements théoriques et pratiques, pour les années 1 et 2, l’évaluation des aptitudes et des connaissances s’effectue en contrôle continu et/ou terminal et sous des formes multiples (épreuves sur table ou sur poste informatique, notes de synthèse, notices de cadrage, portfolios, dossiers, présentations orales…), définies de façon spécifique pour chaque unité d’enseignements.

Pour le projet professionnel, les étudiants rédigent en première et en deuxième année un mémoire de stage.